Nos Fascias

2 min de lecture

Encore très peu connus du monde grand public, les fascias suscitent un fort intérêt dans le monde scientifique depuis quelques années.

Les récentes recherches à ce sujet sont en effet révolutionnaires dans le monde anatomique et apportent un nouvel éclairage sur nos corps vivants. Je pense notamment aux recherches des Docteurs Guimberteau, Schleip, Stecco, Myers et j’en passe.

Longtemps considérés comme de simples tissus conjonctifs qu’il fallait enlever pour avoir accès à ce qui avait de l’importance: les muscles, les organes, les os… ils sont aujourd’hui plutôt vus et vécus comme des tissus constitutifs. Constituant nos formes, notre espace et qui nous sommes.

Les fascias sont comme des membranes qui entourent et protègent nos os, nos organes, nos muscles, nos vaisseaux, nos tendons, nos ligaments, nos cellules.

 

Vous avez certainement déjà mangé un pamplemousse. Lorsque l'on coupe le pamplemousse en deux, nous pouvons voir que la chair du fruit est séparée par une fine membrane. Les fascias seraient cette membrane et la chair les muscles du corps.

Les fascias sont absolument partout dans notre corps. Nous en avons des superficiels (sous la peau) et des profonds (autour des organes et des os).

Environ 2/3 de notre corps en est constitué. C’est l’organe le plus répandu du corps.

Un organe sensoriel contenant des propriocepteurs (récepteurs permettant de se situer dans l’espace) et des interocepteurs (récepteurs permettant de se situer dans l’espace intérieur). Les fascias interviennent dans notre relation spatio-temporelle.

Les ligaments et tendons sont des fascias densifiés. Ils sont de la même matière organique. Tout comme les fascias, nos tendons et ligaments nous informent et nous influencent sur notre rapport à l’espace-temps.

Constitués à environ 60% d’eau, de collagène et d’elastin, nos fascias sont comme un liquide cristallin dans nos corps. Ils informent, réorganisent et influent tous les autres systèmes.

Ils ont une action directe sur le système musculo-squelettique, notamment dans leurs fonctions de répartition des forces tenso-compressionnelles mais puisque tout est lié, ils ont également une action sur les autres systèmes.

Ils peuvent être vus comme des toiles d’araignées, construites en spirales, tout comme les fascias et le reste de notre corps. Ils absorbent et répartissent de manière harmonieuse les charges et chocs non seulement physiques mais aussi psychologiques.

 

En Neuro-Training, il est dit que les fascias enregistrent toute notre histoire, tout notre vécu et que dès lors que quelque chose vient nous marquer, nous imprégner, par manque de fluidité, peut-être aussi par manque d’espace, cet évènement va venir rigidifier la structure fasciale. Tout comme la peau, qui est la première matière organique à laisser entrer quelque chose en nous et à la laisser sortir, les fascias jouent aussi ce rôle. Donc lorsque nous sommes prêts à nous libérer d’un sujet, les fascias vont pouvoir relâcher cette information vers l’extérieur. Ils sont notre lien de l’en-dehors et de l’en-dedans.

Afin de fonctionner de manière optimale, nos fascias ont besoin d’eau et de mouvements. Sans cela, ils se rigidifient, ils perdent leur pouvoir de glissement et toutes les structures du corps sont impactées. Sans cette adaptabilité et cette mobilité, le corps perd en efficacité de soutien. Prenons l’exemple de deux organes entourés chacun de fascias. Si les fascias profonds sont impactés et rigidifiés, ces deux organes ne pourront plus se rencontrer de façon fluide et harmonieuse. Ils vont plutôt se percuter l’un, l’autre et provoquer une gêne, voir une douleur.

Cette matrice fibrillaire est une membrane de filiation qui conduit la douleur grâce aux multiples récepteurs dont ils sont dotés.

Selon, ma propre expérience menée en BMC, nos fascias pourraient aussi conduire le plaisir. Après tout s’ils sont en capacité de nous informer de la douleur, pourquoi pas aussi du plaisir ?

 

Les recherches scientifiques sont encore en cours car nous ne sommes qu’au début de la découverte du monde merveilleux des fascias. D’ici quelques années, je suis convaincue que l’on verra fleurir des fasciathérapeutes par centaines tellement cet organe du corps est important et dimensionnant.

--------------------------------------

Les conseils bien être:

- Buvez de l'eau en conscience, c'est à dire, ne buvez pas par automatisme, habitudes ou obligation. Buvez de l'eau avant d'avoir soif déjà. Et buvez la avec la conscience que cette eau vous est essentielle et vient hydrater, nourrir tout votre corps et vos systèmes. Sans elle, c'est un peu comme si tout se mettait en pause.

- Mettez votre corps en mouvement. Les experts en fascias recommandent la cours à pied, le vélo, ou encore la corde à sauter. Trouver un sport qui vous corresponde.

- Gardez à l'esprit l'existence des fascias, leurs rôles, leurs utilités. Ils nous sont essentiels.

Le mouvement / l'embodiment:

Si vous souhaitez faire l’expérience des fascias, les vivre grâce à votre corps, je vous invite à suivre mon cours de yoga somatique : « Conscience de nos fascias » (lien vers le cours ici).

C'est un cours du corps vécu, dans lequel nous allons rencontrer ce système au travers du mouvement. Si cela vous intéresse, je vous laisse me demander le cours par MP et je vous l’enverrai.

Cours à 5€ afin de soutenir mes recherches et mon travail.

 A bientôt pour une nouvelle découverte de nos corps fantastiques et fascianants !

Océane